Aller au contenu Aller au menu principal
Actualités

Bureau d’études du groupe Ducerf : l’écoute, le conseil et la co-conception comme moteurs de la réussite des projets !

il y a 1 mois
Bureau d’études du groupe Ducerf : l’écoute, le conseil et la co-conception comme moteurs de la réussite des projets !

Pour répondre au mieux aux demandes de ses clients, le groupe Ducerf s’appuie sur la qualité de ses produits mais aussi sur l’écoute attentive de ses interlocuteurs. Le bureau d’études est là pour proposer les solutions les plus pertinentes aux différents projets sur le plan technique, réglementaire et économique. Nous avons rencontré deux acteurs-clés du bureau d’études : Thibault Chastagnier, responsable du pôle seconde transformation, et Julien Guénard, responsable de production du pôle seconde transformation…

 

Quel est le rôle du bureau d’études du groupe Ducerf ?
Thibault Chastagnier :
Il tient une place centrale car il rassemble à la fois des compétences, des expériences et des savoir-faire de différents acteurs du groupe. Les membres du bureau d’études sont consultés généralement par les équipes commerciales en fonction de la complexité des projets. J’y interviens en tant que responsable du pôle seconde transformation du bois. J’apporte mes connaissances sur les projets plutôt orientés vers la construction, sur le suivi de normalisation et les programmes collectifs. A mes côtés, Julien Guénard, le responsable de production, est en charge de l’optimisation des processus de transformation, des matières premières et des coûts de production. Puis les chefs d’atelier qui valident les faisabilités. Ce travail est important car nos clients recherchent cette expertise technique.

 

Quels sont les clients les plus en demande de cet accompagnement technique ?
Thibault Chastagnier :
Nous pouvons intervenir très en amont avec la maîtrise d’œuvre, l’architecte, le bureau d’études ou l’entreprise de pose. Il y a ensuite toutes les demandes qui arrivent pendant la phase de mise en œuvre. Cela concerne davantage la clientèle de la gamme extérieure. Et puis, il y a aussi les industriels gérés par Julien. Nous intervenons alors beaucoup sur du co-développement avec le client.

Julien Guénard : Effectivement, les grandes structures industrielles ont généralement leur propre bureau d’études. Elles imaginent et développent des gammes, nous les transfèrent et nous voyons comment il est possible d’adapter la fabrication. Nous concevons le produit ensemble, nous les conseillons en recherchant notamment le meilleur compromis qualité-prix. L’industriel définit le besoin au départ et nous collaborons pour rendre les choses réalisables.
 

« Trouver des compromis et orienter le client vers la solution la plus pertinente »

Justement, de quelle manière conseillez-vous les professionnels qui vous sollicitent ?
Thibault Chastagnier :
Nous faisons vraiment du cas par cas. L’idée est de comprendre le besoin final du client, du menuisier jusqu’à l’industriel. Nous allons évaluer la disponibilité de la matière première, les qualités de bois nécessaires ou travailler sur la conception pour lui apporter du conseil et garantir la stabilité du produit.

Julien Guénard : Cette phase de conseil est primordiale. Il nous arrive d’ailleurs d’orienter le client vers une autre stratégie que celle prévue initialement car la faisabilité technique n’est pas toujours validée. En effet, selon les contraintes que nous mesurons et que nous exposons, nous proposons alors des solutions alternatives optimisées proches du besoin initial. C’est un véritable partenariat qui profite aux différentes parties, fait parfois de compromis mais toujours dans le respect des plans du projet pour lequel nous sommes consultés.
 

La co-conception et le co-développement de nouveaux produits sont donc des composantes essentielles du travail du bureau d’études ?
Thibault Chastagnier :
Oui, et il y a deux cas de figure. Il y a d’abord le produit que nous allons mettre au point suite à une demande client. C’est donc le développement de produits co-conçus avec l’industriel. Par exemple, il conçoit une nouvelle gamme de produits et cherche à en perfectionner chaque composant. Là, le client attend que nous soyons force de proposition, que nous l’aidions à optimiser la matière : le rendement, la qualité, les caractéristiques, le prix. La co-conception est une méthodologie qui crée un vrai partenariat, un engagement durable avec notre client. C’est du gagnant-gagnant. Parfois, cette co-conception se fait même avec l’architecte comme récemment pour une demande spécifique. Il fallait pour le Zoo d’Amiens Métropole un bardage qui rappelle les écailles d’un animal. Nous étudions la faisabilité et optimisons la réalisation en fonction des capacités de production actuelle, d’éventuellement investissements à mener ou l’externalisation de certaines opérations.

 

« L’un des principaux enjeux : optimiser au mieux la matière, être pertinent en termes de coût »

Dans le second cas, c’est l’équipe du groupe Ducerf qui est à l’initiative de la conception produit…
Thibault Chastagnier :
Exactement, c’est le développement de produits propres aux enjeux que le groupe Ducerf a identifiés. Les remontées de veille du besoin consommateur et tendances du marché à développer nous proviennent principalement de nos équipes commerciales. Le comité innovation et marketing peut ainsi sentir une opportunité et formaliser le projet au service R&D (citons quelques exemples : les panneaux chêne avec parement HDF, les panneaux de chênes spéciaux pour déligner des carrelets ou encore les lames de terrasses bombées). Cela peut également être lié à une ressource en matières premières. Nous pouvons par exemple nous intéresser au châtaignier. C’est une matière disponible avec des caractéristiques proches du chêne et un positionnement un peu moins cher. C’est aujourd’hui un marché régionalisé qui pourrait être davantage généralisé. La conception enfin peut être le fruit d’une rencontre comme ce fût le cas avec le designer Sylvain Hardy et le développement de ses panneaux graphiques YD-Woods. Chacune de ces demandes est traitée par le bureau d’études pour qu’une étude technique et économique soit réalisée et présentée au comité innovation et marketing. A partir de ces données, le comité marketing et innovation donne un nouvel avis et nous passons alors à la phase prototypage. Une fois validé, le projet passe en phase d’industrialisation.
 

Un travail rigoureux pour répondre aux exigences réglementaires et normatives

Sur les champs réglementaires et normatifs, quel travail mène le bureau d’études pour répondre aux exigences ?
Thibault Chastagnier :
En fonction des types de produits, les exigences sont très différentes. Pour l’agencement, la décoration, il y a très peu de contraintes même si ces dernières années, on voit apparaître des certifications comme des labels qui permettent d’étiqueter les produits en fonction de leur impact environnemental. A ce titre, nous bénéficions d’un label vert (Excell) sur notre gamme panneau. Les produits d’aménagement extérieur (gamme Côtéparc) comme les bardages ou les terrasses sont des produits à destination de la construction et le cadre normatif est là encore très élaboré. Nous suivons la réglementation et ses évolutions de près. Ces deux familles de produits sont marqués CE. Ensuite, les exigences sont différentes entre marché public et privé, en fonction du type de bâtiment et des contraintes vis-à-vis du feu. Nous savons nous adapter à chaque projet en apportant les solutions les plus pertinentes, par exemple les traitements intumescents appliqués sur nos produits se développent beaucoup ces dernières années. C’est une excellente solution pour utiliser le bois dans des projets aux exigences complexes.

Et la certification CTB-Lca, pour quels produits s’applique-t-elle ?
Julien Guénard :
Cette certification concerne les produits types carrelet, lamellé-collé, abouté, massif. Il s’agit de tout ce que l’on emploie en menuiseries intérieures et extérieures. C’est un secteur très normé. Les fabricants de fenêtres et de portes utilisent beaucoup de certifications / charte de type « NF fenêtres », « Menuiserie 21 ». Dans ces cahiers des charges, il est stipulé que les approvisionnements de carrelets ou de lamellés-collés doivent être issus de fournisseurs certifiés. C’est une certification process qui garantit la bonne tenue du collage. Pour obtenir cette certification, le bureau d’études doit s’assurer que nous respectons un cahier des charges avec des audits, des échantillonnages, des tests de délamination, des contrôles de production. Pour nous, le CTB-Lca est indispensable car c’est une exigence du marché.

 

« Inciter les négoces, menuisiers ou architectes à solliciter nos conseils de mise en œuvre »

Au-delà de la phase conception et choix des matériaux, vous intervenez aussi sur l’étape de la mise en œuvre…
Thibault Chastagnier :
Oui et c’est parfois un service qui peut être méconnu. Or aujourd’hui, l’essentiel des litiges portent sur une mise en œuvre inappropriée. Si nous avions connaissance en amont de la destination des produits vendus, nous pourrions préconiser la bonne méthode de pose. Dans ce but, le groupe mène un travail de fond auprès des négoces via la présentation des produits par les commerciaux, auprès des menuisiers à travers des rencontres plus spécifiques avec optimisation sur plan, échantillonnage, phase de test, etc.
 

Pour illustrer ces réalisations sur-mesure pour lesquelles le bureau d’études intervient, quels projets représentatifs vous viennent à l’esprit ?
Thibault Chastagnier :
On peut citer le projet de la passerelle SNCF à Laval ou encore le Complexe sportif de Boulogne-Billancourt. Sur ces chantiers, nous avons réalisé le plan de calepinage de façade pour optimiser la matière. A chaque fois, notre bureau d’études a su faire évoluer la conception des projets initiaux des architectes et lever des points techniques majeurs bloquant, tout en respectant parfaitement la philosophie de ces projets. Ce sont des services vraiment appréciés de nos clients et qui font la fierté du groupe !

Bureau d’études du groupe Ducerf : l’écoute, le conseil et la co-conception comme moteurs de la réussite des projets !
Site 1 Les Bois Profilés : pôle de 2ième transformation du bois
Visite des Bois Profilés avec les prescripteurs bois de France bois régions
Certification collage CTB-Lca
Suivi sur le chantier Passerelle SNCF à Laval
Complexe Sportif Le Gallo - Paris IDF
Bardage et terrasses Côtéparc
Actualités sur le même thème

Traitement du bois | Mentions légales

Ducerf Groupe 71120 Vendenesse-lès-Charolles, France - Tél. +33 (0)3 85 88 28 28 - Fax +33 (0)3 85 88 28 38